Face au maître, récit d'une partie simultanée d'échec


Rédigé le Jeudi 7 Septembre 2023 à 20:22 | Lu 186 commentaire(s)

Kenneth HNAWIA, un élève de première au Lapérouse faisant partie du juvénat, nous raconte la partie d'échec qu'il a pu jouer face à un grand maître, Samy SHOCKER.


Vendredi 1 septembre 2023, moi, Kenneth HNAWIA, ai affronté un joueur d’échecs d’un niveau international : le grand maître Samy SHOCKER, champion de France de blitz en 2015, et 22ème plus grand joueur français. Nous étions 10 joueurs, 9 élèves et 1 professeur autour de 10 échiquiers, face au maître. J’attendais ce jour avec impatience, j’avais tellement hâte de pouvoir me mesurer à un grand maitre international, l’équivalent de la ceinture noire au Judo. Enfin, ce jour arriva.
A quelques minutes de la partie, je sentis le stress m’envahir mais l’excitation d’affronter Samy était bien plus grande. Je m’avançai vers mon échiquier, les pièces noires à ma disposition, puis la partie débuta.
Samy arrive au niveau de ma table, nous nous serrons la main et il joue Cavalier f3 (Kf3). Je ne connaissais absolument rien à la tactique qui se dissimulait derrière ce début de jeu. Je décide alors de jouer un début solide sans trop de prise de risque ; cette phase de la partie c’est l’ouverture : chaque joueur essaie de développer son jeu tout en mettant son roi à l’abri. La petite particularité de la partie simultanée, c’est que nous devons attendre le retour du maître pour jouer notre coup, afin qu’il puisse s’adapter en conséquence. La fin de l'ouverture sonne pour moi comme un grand soulagement. J’avais réussi mon début de partie et je ne m’étais pas fait avoir par un des pièges de Samy !
Néanmoins, cela signifiait également que la vraie lutte mentale allait débuter : nos armées étant en place, il était l’heure de passer à l’attaque, de mettre en œuvre stratégie, tactique et ruse, c’est le milieu de jeu. Voir le maître en action est un spectacle stupéfiant : tour à tour il nous fait face, examine l’échiquier une fraction de seconde et déplace sa pièce. La rapidité avec laquelle Samy jouait ses coups couplée avec son attitude froide et impassible, me faisait ressentir une pression immense sur les épaules. Quelquefois je lève les yeux vers le public du Lapérouse, je croise le regard de mes amis mais vite la partie me reprend. Petit à petit les premiers joueurs tombent, certains abandonnent et d’autres, moins chanceux, finissent échec et mat. Moi je lutte tant bien que mal face à l’attaque du maître. Il prend, je reprends, il pousse, je repousse, il menace, je défends. Durant cette partie j’ai calculé comme je n'avais jamais calculé auparavant, j’analysais les coups du maître avec beaucoup de minutie par peur d’une contre-attaque violente. Mais les calculs deviennent bientôt trop intenses, et je perds une pièce, mon cavalier !
C’est le début de la fin pour moi, les pièces blanches se rapprochent petit à petit de l’abri de mon roi. Sous la pression suffocante, je décide finalement d'abandonner, je couche mon roi, lance un dernier regard au maître et lui serre la main un peu déçu de ma piètre performance, mais heureux d’avoir pu jouer contre un grand maître.
Je fus finalement le quatrième vaincu, je souhaitais au départ ne pas être le premier à tomber et faire partie du top 5. Malheureusement je vais devoir encore attendre un an avant de pouvoir affronter de nouveau Samy. J’en fais la promesse : l’année prochaine je battrai Samy SHOCKER, ou du moins je ferai tout pour y parvenir.

   





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 16 Novembre 2023 - 20:37 Réussite d'un jeune du Juvénat

Mercredi 8 Novembre 2023 - 14:21 Le trombinoscope de l'année 2023





Association Jules Garnier, 5, rue G. Baudoux, BP 595, 98845 Nouméa - Tel (687) 27 27 81
Adresses mail : ajgj@lagoon.nc ou admi-ajgj@lagoon.nc